· 

Venise : Aquarelles de Turner

 

Les aquarelles de W.Turner sur Venise – la Sérénissime- sont à mon avis les plus belles représentations de cette ville. Je les qualifierais de sublimes et somptueuses. La touche est finement ciselée, délicate. L’harmonie des couleurs est parfaite. Les ocres d’or des bâtiments côtoient les verts Véronèse de l’eau, et les gris bleuté ou ocrés des ciels.

 

 

Le génie de W.Turner consiste en une invitation, un voyage imaginaire dans un monde où toute notion du réel disparait, une errance enchanteresse parmi le labyrinthe des ruelles et des canaux de cette cité extravagante, lyrique et poétique.

 

Dans les aquarelles celle-ci nous apparait tel un mirage teinté d’or et de lumière, émergeant et flottant dans les brumes lascives et voluptueuse de la lagune. Des ombres se profilent tels des fantômes, la silhouette d’un gondolier, des palais de marbre, un pont, des pêcheurs, un escalier s’enfonçant entre des murs roses.

 

On entrevoit un univers fantasmagorique et baroque, telle une toile du Titien, au travers les oranges flamboyants et les poudroiements dorés de la lumière. 

Certaines aquarelles sont semblables à ces masques énigmatiques et extravagants que l’on croise lors des fêtes carnavalesques.

 

On perçoit juste une débauche de lumière, une magnificence baroque, mais jamais l’intime, un réel inavoué, caché derrière la brume, derrière les déguisements précieux, les ornements ciselés et délicats de la fenêtre mauresque d’un palais, ne s’affiche.

La Sérénissime dissimule jalousement ses secrets et ses trésors. W.Turner a su appréhender , capter, esquisser et représenter avec brio des aquarelles à l’atmosphère envoûtante. Atmosphère d’une cité aux fondations fragiles qui ne cessera jamais d’enchanter et de séduire.

 

 

Par Fabienne G.