· 

Le jeu arty Flash Invaders

Hello, 

 

J'ai récemment entendu parler d'une chasse à des petits monstres dans la ville. Le retour du jeu Pokémon go vient naturellement à l'esprit, mais en creusant un peu il s'avère que c'est une autre histoire intéressante d'un artiste plutôt mystérieux et d'une conquête assez artistique qui retracent l'histoire et les déplacements de son auteur. 

 

Des articles sur le phénomène il y en a déjà une bonne ribambelle, mais je vais quand même en faire un résumé. 

C'est l'histoire d'un monsieur qui aime bien les vieux jeux vidéo et notamment les "Space Invaders", ces petits monstres colorés qui datent de 1978 et il aime bien le Street art et aussi il aime bien l'anonymat. On prend tous ces ingrédients qu'il aime et ça donne un phénomène naissant. 

 

 

Ce monsieur s'amuse depuis 1996 à coller anonymement des petits carreaux dans tout Paris pour décorer la capitale de son empreinte monstrueuse et commence peu à peu une conquête de territoires qui s'étendra sur toute la planète. 

 

J'ai trouvé ci-dessous cette carte qui montre la répartition de ces monstres. 

Et c'est ainsi que ce monsieur fait peu à peu parler de lui et devient l'un des artistes de street art les plus connus au monde. 

 

Faut avouer que c'est plutôt rigolo cette touche de jeu dans la ville. 

 

Et pour retracer de façon ludique ces œuvres, le jeu "Flash Invaders" a été lancé en 1998 (cliquez là) avec des vrais grands joueurs fous et fans qui ont pu en capturer des milliers sur les 3585 existants. La récompense étant la fierté, la gloire et ces moments d'excitations lorsqu'on croise un nouveau monstre. Un nouveau genre de chasse au trésor artistique que j'avais envie de partager :) 

 

D'ailleurs sachez que les prochaines fois que vous viendrez à mes cours d'aquarelle, il y a un gros montre qui vous accueille au commencement de ma rue. 

 

Si vous jouez et souhaitez vous mesurer à moi, mon pseudo est "chaton relou". Et je n'ai capturé que 5 monstres pour le moment mais je compte bien évoluer vite :)

 

A bientôt, 

 

Julie 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0